MORTS POUR LA FRANCE

 

Comme toutes les communes de France, Fréjus possède son monument élevé après la Première Guerre mondiale pour perpétuer le sacrifice de ses enfants morts pour la Patrie : 104 noms y sont inscrits auxquels il faut ajouter 9 noms de soldats italiens. Par la suite on y inscrivit aussi les morts du deuxième conflit mondial, ceux de la guerre d'Indochine ainsi que ceux de la guerre d'Algérie. Ces 104 noms, suivis seulement du prénom, couvrent des destins bien différents, et si pour certains leur souvenir est encore présent dans la mémoire de leurs descendants, pour le plus grand nombre il faut consulter les archives militaires ou les registres de l'état-civil pour en savoir plus sur les circonstances de leur mort.

 

Cliquez sur le sujet qui vous intéresse


- 1914-1918

- 1939-1945

- Indochine

- Algérie

- Opérations récentes

 

 

 

 

 

 

Guerre 1914-1918

Les noms inscrits sur les monuments aux morts sont ceux des habitants de la ville au moment de la mobilisation. C'est pourquoi on y trouve aussi ceux qui, nés hors de la région, ne font pas partie du XVe Corps. On ne trouve qu'un seul marin et aucun aviateur. La consultation des registres des décès à la mairie de Fréjus et les registres matricules détenus aux archives du Var , nous donnent quelques informations sur les circonstances de leur mort. A l'état-civil les décès sont enregistrés avec retard sous forme de transcriptions lorsqu'ils ont été constatés par l'officier des détails de l'unité pour les tués ou par le gestionnaire de l'hôpital pour les blessés ou malades morts dans les formations hospitaliéres.

Nombreux sont ceux qui sont signalés comme disparus, surtout lors des grandes offensives d'août 14 où les corps ont été enterrés sommairement dans des fosses communes sans avoir été identifiés.
Dans ce cas un jugement déclaratif de décès est établi après enquête et c'est ce jugement qui est reporté sur le registre des décès de la commune, parfois plusieurs années après la fin de la guerre.

Voici la liste des morts pour la France, telle qu'elle figure sur le monument de Fréjus, avec pour chacun d'eux leur unité d'appartenance et les circonstances de leur décès. Les noms de ceux qui appartenaient au XVe Corps sont écrits en italique. Dans certains cas, la transcription du décès n'a pas été faite à Fréjus et nous n'avons aucune information sur les ciconstances du décès.

Marius AINARDI, né le 5 mai 1888 à Marseille, du 23e RIC (régiment d'infanterie coloniale), tué à Saint-Germainmont (Ardennes) le 31 octobre 1918. (21 janvier 1921)

Paul AINARDI, né le 19 octobre 1892 à Fréjus, du 8e RIC, mort des suites des blessures reçues au combat à l'ambulance à Sainte-Menehould (Marne) le 15 janvier 1916. (22 mai 1916).

Henri ALLONGUE, né à Saint-Raphaël le 26 mai 1883, du 47e BCP, bataillon qui faisait partie de la 6e Armée du général Maunoury, porté disparu , présumé tué à Péronne (Somme) le 28 août 1914 (16 juillet 1920).

Hippolyte ARAGON, né à Saint-Raphaël le 19 mars 1885, du 111e RI, porté disparu à Vassincourt ( Meuse) le 10 septembre 1914)., serait inhumé à 900 mètres au sud-est de Vassincourt. ( 23 septembre 1919).

Joseph ARAGON, né le 25 novembre 1873 à Bagnols-en-Forêt, du 309e RTI (régiment territorial d'infanterie) tué au cours d'un bombardement à la tranchée Morgeou (?) le 3 février 1916. (13 juin 1916).

Pierre ARMAND, né le 9 mars 1887 à Cannes (0Alpes-Maritimes), medecin major de 1ière classe, 37ième Régiment d'Infanterie Coloniale. Décédé de maladie contractée en service à Listovo (Bulgarie) le 24 novembre 1918. Acte de décès transcrit à Toulon le 3 juillet 1919.

Baptistin ASTIER, né à Fréjus le 31 août 1887, décédé à Fréjus le 24 février 1918.

Jean-Louis BACCHI, né à Fréjus le 21 juin 1874, tué sur le champ de bataille par un éclat d'obus à Rochencourt (Pas-de-Calais) le 7 mai 1915, caporal au 114e RTI (régiment territorial d'infanterie).( 8 septembre 1915). Une rue de Fréjus porte son nom.

Michel BANOS, né le 25 juin 1890 à Léon (Landes), résinier, du 12e RI, le régiment de Pau, mort à Oulches (Aisne) le 21 septembre 1914. (14 mai 1921).

Dominique BARBERO, né le 31 mars 1891 à La Ciotat (Bouches du Rhône), du 55e RA (régiment d'artillerie), porté disparu à Issoncourt (Meuse), présumé tué au combat à La Vau-Marie le 10 septembre 1914). (22 novembre 1917).

Henri BERMOND, né le 21 mars 1894 à Draguignan, du 112e RI et ensuite du 413e RI, tué au Plateau de Californie à Craonne (Aisne) le 22 mai 1917. (28 octobre 1921).

Alexandre BEUF, né le 28 août 1888 à Fréjus, du 7e BCP, tué à Langenfeldkopf (Haut-Rhin) le 14 juin 1915. (21 février 1916).

Anthime BLANC, né le 12 septembre 1891 à Fréjus, du 55e RA, mort de maladie à l'ambulance à Villers-Cotterêts (Aisne) le 17 octobre 1918. (2 juin 1919).

Charles BLANC, né le 21 septembre 1889 à Brignoles (Var), du 22e RIC (régiment d'infanterie coloniale), tué à Minaucourt (Marne) le 21 décembre 1914. (20 janvier 1916).

Emile BLANC, né le 14 décembre 1875 à Ampus (Var), du 114e RTI, mort à Oued Amlil Taza (Maroc) le 27 juillet 1917. (27 novembre 1917).

Sébastien BLUA, plus exactement Bastien BLUA, né le 10 avril 1883 à Saint-Raphaël, caporal au 311e RI en août 14, décédé de maladie à l'hôpital auxiliaire de Toulon le 3 octobre 1914. En 1919, Madame Blua, sa veuve, écrit au maire de Fréjus pour le remercier de l'hommage rendu par la ville aux morts de la guerre au cours des cérémonies anniversaires de l'armistice. Elle revendique pour son mari l'honneur d'être le premier enfant de Fréjus mort pour la France et pour son fils celui d'être le premier pupille de la Nation de la ville. Nous n'avons pu vérifier cette dernière assertion, mais Bastien BLUA n'est malheureusement pas le premier mort de Fréjus.

Jean François BONHOMME, né le 16 septembre 1878 à Fréjus, du 108e RA, mort de maladie à l'hôpital d'Amiens (Somme) le 27 septembre 1916. Une plaque commémorative se trouve sur la tombe familiale dans le cimetière de Fréjus. Le nom de Jean François BONHOMME est également inscrit sur le monument au morts de Saint-Raphaël.

Charles BOURNIQUE , né le 1er juillet 1883 à Fréjus, agent forestier à la Compagnie forestière Sangha-Oubanghi, tué à M'Birou (Moyen Congo) par des tirailleurs indigénes armés par les Allemands et son corps jeté dans la rivière Sangha le 1er avril 1915. (15 octobre 1915).

Victorin BOYER, né à Fréjus le 1er juillet 1873, décédé à Fréjus le 5 février 1915, décédé de maladie contractée en service.

Jean Marie Julien BRET, né à Cannes (Alpes-Maritimes) le 25 juin 1897, décédé à Fréjus le 15 août 1916, alors qu'il effectuait son service militaire au 84e RA à Lyon.

Hippolyte BRONDELLO, né le 13 décembre 1885 à Fréjus, tué au Mont-Perthois (Aisne) le 17 avril 1917, caporal au 1er BMA (bataillon de marche d'Afrique). (21 janvier 1922).

Jean BRUN, né le 6 février 1892 à Fréjus, caporal au 111e RI, porté disparu au Bois Malancourt (Meuse) le 20 mars 1916, tué le même jour par un éclat d'obus d'après le témoignage de Henri RICART, prisonnier de guerre. (27 février 1920).

Marius BRUN, né le 14 juillet 1876 à Fréjus, décédé le 10 février 1916 à l'hopital complémentaire n°75 à Cannes, de la 15e SIM (section d'infirmiers militaires). (26 septembre 1916).

Gaston BRUNELIERE, né le 20 août 1892, né à Sainte-Cécile (Vendée), sergent au 61 BTS (bataillon de tirailleurs sénégalais), tué à la Haubette (Montagne de Reims) (Marne), le 30 mai 1918. (14 juin 1919).

Aimé BURLE, né le 18 juin 1888 à Toulon, percepteur, mort à l'ambulance à Houdain (Pas-de-Calais) le 20 juin 1915, lieutenant au 159e RI. (16 juin 1916).

Louis CAILLOT, né le 26 juin 1877 à Varneville (Meuse), adjudant au 362e RI, tué au combat le 17 juin 1916, à Biaches (Somme).

Aimé CAPRINI, né le 4 mars 1885 à La Condamine-Chatelard (Alpes de Haute-Provence) , caporal au 111e RI, décédé de maladie à l'hôpital de Saint-Dizier (Haute-Marne) le 17 décembre 1917.

Joselet CASTAGNE, né le 6 février 1873, du 312e RTI, tué à Malembois, Saint-Mihiel (Meuse) le 26 avril 1915,. (29 juillet 1915).

David CHAPON, né le 26 juillet 1896 à Marseille, du 23e BCP, tué à la tranchée Joston, Saint-Aubin (Somme) le 17 septembre 1916. (31 janvier 1917).

Jules CHARRIER, nè le 1er juillet 1888 à Fréjus, du 7e BCP, mort à Chaulnes (Somme) le 26 août 1914. (10 juillet 1916).

Marius CHARRIER, né le 28 mai 1896 à Saint-Raphaël, du 2e BILA (bataillon d'infanterie légère d'Afrique).décédé d'une néphrite aigüe le 26 octobre 1916, à M'Birt (Maroc). (12 janvier 1917).

Jean CHIOTTI, né le 3 mars 1895 à Nice, soldat au 111e RI, fait prisonnier, décédé en captivité à Buer Hassel ( région Osnabrück- Brême,Allemagne) le 18 mars 1917. (20 fevrier 1918).

Elie COLLOMB, né le 3 juillet 1892 à Fréjus, engagé volontaire, sous-lieutenant au 311e RI, tué à Pontfaverger (Marne) le 3 octobre 1918. (3 novembre 1919). Une plaque commémorative se trouve sur la tombe familiale dans le cimetière de Fréjus

Emile COUETTE, né le 24 février 1893 à Bougie (Département de Constantine), du 1ier Régiment de Zouaves. Mort de blessures reçues au combat à Beaumont-sur-Vesle (Marne) le 16 septembre 1914. Acte de décès transcrit à Saint-Raphaël (Var) le 15 janvier 1915.

Charles COULOMB, né le 6 septembre 1894 à Bagnols-en-Forêt, du 23e BCP, porté disparu, tué le 6 mars 1915 au Reichackerkopf (Haut-Rhin). (18 janvier 1921).

Donato DALMASSO, né le 5 décembre 1886 à Robilante (Italie), du 6ième Bataillon de Chasseurs à pied. Tué à l'ennemi le 1ier juin 1917 à Craonne (Aisne). Acte de décès transcrit à Roquebrune-sur-Argens le 14 septembre 1917.

Jules DEGAYE , né le 1er mai 1893 à Toulon. Sergent du 8ième Régiment de Marche de Tirailleurs. Mort de blessures reçues au combat à la Panne (Belgique) le 12 octobre 1915. Acte de décès transcrit à la Roquebrussanne (Var) le 22 février 1922.

Marius DEGAYE, né le 1er décembre à Montpellier (Hérault), sergent au 4e RTi (régiment de tirailleurs indigènes), décédé des suites de ses blessures le 27 avril 1915 à Aïn Lech (Maroc). (10 août 1917).

Alphonse DOL, né le 11 mai 1896 à Saint-Raphaël, du 115e BCP,tué le 30 juin 1918 à Montigny l'Allier (Aisne),. (7 février 1919).

François DOMENGER, né le 23 février 1885 à Morcenx (Landes), du 332e RI, décédé des suites de ses blessures reçues au combat à Vouziers (Ardennes) le 1er novembre 1918, décoré de la croix de guerre. (23 septembre 1919).

Marcel ESCOFFIER, né à Fréjus le 5 août 1896, décédé à Fréjus le 10 novembre 1920.

Félicien FABRE, né le 18 septembre 1883 à Roquebrune-sur-Argens, du 415e RI, tué par un éclat d'obus à Vaux-Chapître (Meuse) le 19 août 1916. (18 janvier 1917).

Gustave FABRE, né le 28 janvier 1885 à Fréjus, du 7e BCP, tué le 5 mars 1915 à l'Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin), inhumé au cimetière du Silberloch, Wattwiller (Haut-Rhin). (18 août 1915).

Julien FICO, né à Fréjus le 22 octobre 1894 à Fréjus, du 173e RI, tué à Béthincourt (Meuse), le 30 octobre 1914. (14 juillet 1916).

Barthélémy FOUCOU, né à Fréjus le 10 février 1878, décédé à Salonique (Grèce), le 14 septembre 1916, du paludisme, appartenait au 2e RAM (régiment d'artillerie de montagne). (13 janvier 1917) ;

Jean FOUCOU, né le 1er février 1884 à Fréjus, du 7e RG, tué à l'ennemi le 15 juin 1916 au Mort-Homme (Meuse), cité à l'ordre du régiment: " sapeur très courageux, a été tué à l'attaque du 15 juin 1916 en creusant un boyau de liaison entre la tranchée de départ et la tranchée conquise ". Une plaque commémorative se trouve sur la tombe familiale dans le cimetière de Fréjus

Jules FRANÇOIS, né le 11 décembre 1891 à Saint-Raphaël, du 159e RI, porté disparu, présumé tué à Barleux (Somme) le 4 septembre 1916. (21 janvier 1922).

Frédéric GAL, né le 11 octobre 1878 à Fréjus du 311ième Régiment d'Infanterie. Mort de blessures reçues au combat à Bantzen (Meurthe et Moselle) le 27 août 1915.

Marius GAL, né le 10 fevrier 1894 à Fréjus, du 189e RI, décédé à l'hôpital à Vadelaincourt le 27 juillet 1916, des suites de ses blessures reçues au combat (21 novembre 1916) ;

Henri GANDOLPHE, né le 1er février 1890 à Fréjus, du 143e RIC, décédé de malade à l'ambulance à Uskub (Serbie) le 13 décembre 1918. (23 avril 1919).

Justin GILLES, né le 3 mai 1894 à Fréjus, du 23e BCP, tombé au champ d'honneur pendant les combats de l'Altenhof, secteur de Metzeral (Haut-Rhin) du 15 au 30 juin 1915,.

Joseph GILLY. Aucune information sur son décès.

Pierre GILLY, né le 11 mars 1892 à Saint-Ambroix (Gard), du 24ième Régiment d'Infanterie Coloniale. Tué à l'ennemi le 26 septembre 1915 à Massiges (Marne). Acte de décès transcrit à Toulon le 10 février 1916.

Alfred GIRAUD
, né à Fréjus le 7 mars 1888, maréchal des logis au 8ième Régiment de Chasseurs. Décédé de blessures reçues au combat à Villers-Cotterets (Aisne).

Eugène GUIGOU, né le 9 novembre 1882 à Fréjus, mort des suite des blessures reçues au combat à Chattancourt (Meuse) le 17 juin 1916, caporal au 311e RI. (22 décembre 1916).

Albert GUILLAUME, né le 16 juillet 1891 à Fréjus, du 111e RI, porté disparu, présumé tué à Dieuze (Moselle) le 20 août 1914. (7 septembre 1920).

Martin HERMELIN, né le 12 septembre 1871 à Senez (Alpes-Maritimes), du 114e RTI, mort des suites des blessures reçues au combat à l'ambulance à Anzin-Saint-Aubin (Pas de Calais) le 8 juin 1915. (7 mars 1916).

François HERMIER, né le 17 août 1884 à Fréjus, du 173e RI, tué à La Gruerie (Marne) le 8 juin 1915. (1er avril 1921).

Marius HUGUES, né le 5 décembre 1893 à Volleron (Vaucluse), du 112e RI, porté disparu à Bidestroff (Moselle), le 20 août 1914. (7 septembre 1920).

Etienne ICARD, né le 6 mars 1876 à Barjac (Gard), du 312e RI porté disparu à Chauvoncourt (Meuse) le 16 novembre 1914. (5 septembre 1917).

Lucien ICARD. Aucune information sur son décès.

Albert JAUFFRET, né le 12 mai 1891 à Varages (Var), caporal au 111e RI, porté disparu, présumé tué à Dieuze (Meuse), le 20 août 1914,. (18 janvier 1921).

Emile JEAN, né 22 mai 1889 à Lorient (Morbihan), second-maître charpentier au Dépôt des équipages, décédé à l'hôpital naval de Cherbourg (Manche), le 29 février 1919.

Camille JEAUME, né le 4 avril 1878 à Roquebrune-sur-Argens, décédé à Fréjus le 4 août 1920.

Gaston JULIEN, né le 1er septembre 1893 à Draguignan, du 7e BCP, tué au combat et porté disparu à Ypres (Belgique), le 14 novembre 1914. (27 février 1920).

Marcel JULLIAN, né le 5 janvier 1885 à Paris (10e), sous-lieutenant au 5eBTS (bataillon de tiralleurs sénégalais), tué au Plateau de Vauclair, Moussy-Verneuil (Aisne), le 15 août 1917. (15 juillet 1918).

Augustin LAFEUILLADE, né le 24 mars 1888 à Bugnéville (Meuse), sous-lieutenant au 69e BTS, tué à Mailly-Raineval (Somme), décoré de la croix de guerre et de la médaille militaire. (23 février 1920).

Joseph LÉONCE, né le 3 janvier 1886 à Fréjus, du 311e RI, mort des suites des blessures reçues au combat à Séraucourt (Meuse) le 10 septembre 1914. (26 avril 1915).

Alfred LEPAVOUX, né le 6 juin 1889 à Saint-Brieuc (Côtes d'Armor), du 4e BCM (bataillon colonial du Maroc), porté disparu, présumé tué à la Malmaison, Jouy (Aisne) le 23 octobre 1917. (17 octobre 1922).

Justin LOMBARD, né le 25 mai 1889 à Entrecasteaux (Var), du 111e RI, fait prisonnier le 2 septembre 1914, décédé à l'hôpital à Grafenwöhr (région de Nuremberg, Allemagne). (10 juillet 1917).

Lucien LOMBARD
, né le 1er novembre 1883 à Entrecasteaux (Var), du 111e RI, tué le 20 août 1914 à Dieuze (Moselle). (18 juillet 1920).

Gaston LOUIS, né le 20 août 1895 à Fréjus, du 34e RIC (régiment d'infanterie coloniale), porté disparu, présumé tué à Flaucourt (Somme) le 14 août 1916. (11 février 1919).

Pierre MARIETTA, né le 19 février 1885 à Fréjus. Aucune information sur son décès.

Jules MARTEL, né le 17 avril 1884 à Fréjus. Aucune information sur son décès.

Marius MARTEL, né le 9 avril 1895 à Nice, du 115e BCP, décédé à l'hôpital de Gérardmer (Vosges) le 3 août 1915 des suites des blessures reçues au combat. (28 septembre 1915).

Eugène MARTIN, né le 11 juillet 1893 à Fréjus, du 111e RI, fait prisonnier, décédé à l'hôpital à Kempten ( région d'Offenbourg, Pays de Bade, Allemagne) le 17 mars 1915. (20 décembre 1920).

Antoine MARTINENGO, né le 8 janvier 1882 à Fréjus, du 311e RI, décédé à l'hôpital Louis Blanc à Dijon le 7 octobre 1914. (16 octobre 1915).

André MASSON. Aucune information sur son décès.

Joseph MORÉRO, né le 6 décembre 1893 à Grasse (Alpes-Maritimes), du 7e BCP, tué au Col des Bagenelles (région du Col du Bonhomme, Haut-Rhin), le 13 août 1914. (15 avril 1915). Joseph Moréro est très probablement le premier mort fréjusien de la guerre.

Alix Marius OTTOU, né le 1er décembre 1884 à Fréjus, du 47e BCP, décédé à l'ambulance des suites des blessures reçues au combat le 21 juin 1915 à Gaschney (région du Honneck, secteur de Metzeral, Haut-Rhin). (20 septembre 1915). Une plaque commémorative se trouve sur la tombe familiale dans le cimetière de Fréjus

Julien PACE, né le 24 juin 1892 à Puget-sur-Argens, du 7e BCP, tué à Hilsenforst (Haut-Rhin), le 14 juin 1915. (26 octobre 1921) ;

Marius PARDINI, né le 24 avril 1897 à Aubagne (Bouches du Rhône), caporal au 6eRIC, décédé à Conty (Somme) des suites de ses blessures le 13 juin 1918. (23 août 1919).

Jean PÉANO, né le 28 juin 1889 à Entraque (Province de Cunéo, Itale), sergent au 27e BCP, porté disparu à Dieuze (Moselle) le 20 août 1914, présumé tué. (15 juillet 1921).

Jules PEILA, né le 21 avril 1894 à Fréjus. 3ième Régiment Colonial. Prisonnier de guerre, mort à l'hôpital en Autriche le 21 décembre 1918. Acte de décès transcrit à Puget-sur-Argens (Var) le 18 octobre 1922.

Charles PELLEGRIN, né le 27 mai 1890 à Fréjus, du 38e RA, bléssé mortellement par éclat d'obus au Bois d'Esmes, Montzéville (Meuse), le 24 juin 1916. (1er août 1916).


Félix PETRA, né le 25 d écembre 1890 à Touët de Beuil (Alpes-Maritimes), caporal au 4e RIC, tué à Massiges (Marne), le 25 septembre 1915. (24 octobre 1916).

Léon PRADEL, né le 25 mars 1884 à Toulouse, du 174e RI, tué à Hem-Monacu (Somme), le 10 août 1916. (24 octobre 1916).

Victor REYBAUD, né le 10 jin 1891 à Saint-Raphaël, maître-pointeur au 82e RAL (régiment d'artillerie lourde), tué par éclat d'obus au Bois de la Haie à Houry (Aisne) le 9 juin 1916. (12 août 1916).

Jules RICARD, né le 29 septembre 1891 à Fréjus, du 141e RI, prisonnier de guerre à Grafenwöhr (région de Nuremberg), décédé le 1er novembre 1918 à l'hôpital à Herbolzheim (région de Würtzbourg, Bavière, Allemagne).(3 février 1922).

Antonin ROBERT, né le 22 juillet à Orange (Vaucluse), adjudant au 311e RI, porté disparu, présumé tué à Pontfaverger (Marne) le 8 octobre 1918. (22 novembre 1922).

Joseph ROÉRA, né le 17 avril 1888 à Fréjus, du 48e RA, tué à l'ennemi à Perthes les Hurlus (Marne) le 5 octobre 1915. (26 décembre 1915).

Victor ROMAGNANI, 31 ans, né à La Ciotat, du 15e GSC (groupe spécial de chasseurs), décédé à Bir Oum Souigh (?) le 2 octobre 1915. (8 avril 1916).

Louis ROUBIN, né le 26 juin 1893 à Fréjus, du 3e RI, tué à Laffaux (Aisne), le 6 septembre 1918, décoré de la croix de guerre. (28 août 1919).

Victor Gabriel ROUVIER, né le 22 juin 1896 à Fréjus, du 1er RG, tué le 16 avril 1917 à Chateau-Thierry (Marne). (7 juin 1917). Une plaque commémorative se trouve sur la tombe familiale dans le cimetière de Fréjus.

Antoine SAUTERON, né le 25 octobre 1889 à Fréjus, du 23e BCP, porté disparu à Dieuze (Moselle), le 20 août 1914, présumé tué et inhumé au cimetière de Vergaville. (15 mars 1920).

Marius SAUTERON, né le 20 septembre 1893 à Fréjus, du 38e RA, décédé à l'ambulance des suite de ses blessures le 5 novembre 1916 à Ville sous Cousances (Meuse).(22 décembre 1916).

Oscar SÉNÉQUIER, né le 2 mars 1895 à Fréjus, du 7e BCP, puis du 23e BCP, tué à la tranchée Joston, Saint-Aubin (Somme) le 19 septembre 1916. (20 février 1917).

Roselin SISTERON, né le 16 février 1881 à Fréjus, du 311e RI, tué à Nanteuil-sur-Aisne (Ardennes), le 1er novembre 1918. (7 août 1919).

Victor SOUCAILLE, 27 ans, né à Fitou (Aude), sergent-major au 23e BCP, grièvement blessé, décédé à l'hôpital de Dunkerque le 9 janvier 1915. (28 septembre 1915).

Prosper TAXIL, né le 20 janvier 1891 à Fréjus, du 3e RMZ (régiment de marche de zouaves), tué le 29 mai 1916 à Avocourt (Meuse). (18 septembre 1916). Une plaque commémorative se trouve sur la tombe familiale dans le cimetière de Fréjus

Frédéric THORE, né le 19 janvier 1884 à Antibes, adjudant au 415e RI, tué par une torpille aux Éparges (Meuse) le 21 juillet 1916. (14 décembre 1916).

Françis VALENTIN, né le 4 septembre 1883 à Bargemon (Var), caporal-fourrier au 251e RI, mort de ses blesures à Souilly (Meuse) le 3 septembre 1916. (21 décembre 1916).

Marcel VALENTIN, né le 22 décembre 1891 à Bargemon (Var), sous-lieutenant au 9e RTA (régiment de tirailleurs algériens), décédé de maladie à l'ambulance à Betz (Oise) le 19 juillet 1918. (17 avril 1919).

Jules SIAN ( ou SIAU), caporal au 2ième Régiment d'Infanterie. Tué à l'ennemi le 16 juillet 1918 à La Chapelle Monthodon (Aisne). Acte de décès transcrit aux Adrets de l'Estérel (Var) le 9 janvier 1920.

Sur les 104 Fréjusiens morts pour la France plus de la moitié appartenaient au XVe Corps, aussi bien aux régiments et bataillons d'active qu'aux unités de réserve ou territoriales. Les territoriaux n'étaient pas épargnés : employés dans les travaux d'organisation du terrain, ils étaient souvent la cible de l'artillerie ennemie à longue portée. On compte au moins 8 morts fréjusiens au cours de la dramatique journée du 20 août 1914 à Dieuze. Les bataillons de chasseurs étaient souvent en première ligne au cours des combats de l'Hartmannswillerkopf (Le Viel Armand) en 1915, où au moins 6 Fréjusiens sont tombés. C'est la classe 1911 qui a payé le plus lourd tribut du sang : des 35 fréjusiens de cette classe qui passent le conseil de révision en 1910, 10 sont morts pour la France.
Ces chiffres sont dramatiquement éloquents et montrent l'ampleur des sacrifices consentis par les Fréjusiens de ce XVe Corps, si injustement décrié à l'époque.

 

(1)- " L'affaire du XVe Corps ", par Pierre Lepage. Bulletin n°3 de la Société d'histoire de Fréjus et de sa région

 

 

 

 

Guerre 1939-1945

 

 

 

 

 

Indochine

 

 

 

 

 

Algérie

 

 

 

 

 

Opérations récentes

 

 



ICONE : Cl. J. Houben