FOUILLES en CENTRE VILLE

La Municipalité de Fréjus ayant décidé de rénover ce qu'il était convenu d'appeler l' Espace Mangin, des fouilles ont été entreprises au début de l'année 2004 pour explorer le sous-sol de cette zone avant que les terrains ne soient livrés au promoteur.

Après avoir déblayé une masse importante de gravats, l'équipe de "fouilleurs", placés sous la conduite de Michel PASQUALINI, directeur du Service Archéologique Municipal, a atteint le niveau romain de "Forum Julli
" et mis à jour de nombreux vestiges dont une portion du "Cardo Maximus".

 

Premiers résultats des fouilles

" A l'époque moderne, en ce qui concerne le Grand Séminaire, la documentation abondante qui existait sur ce monument détruit récemment et l'étude réalisée en 1995, nous ont conduit à éradiquer, dans un premier temps, les vestiges qui y étaient rattachés, ne laissant ainsi sur le terrain que quelques fondations.

                   

Le quartier du XVIe siècle, bordé au Nord par le rempart, que la destruction de la Cité Administrative et les terrassements dus aux fouilles révèlent maintenant dans toute son importance, a livré quelques vestiges d'habitations de la rue Saint-Joseph (actuelle rue Jean Jaurès). Ces vestiges très abîmés par les aménagements successifs du quartier ont révélé deux fours à pain ainsi que des puits. Le comblement de l'un d'entre eux a livré du matériel important pour la recherche (céramique ...)

                     

Le Quartier Antique, le plus important au niveau des fouilles, nous a permis de mettre au jour un des axes principaux rythmant le plan d'urbanisme de la ville antique(Cardo Maximus). Il s'agit de la voie Nord/Sud allant du Forum à la porte dite de l'Agachon.
Un croisement avec une voie décumane secondaire est aussi observable.

De part et d'autre du Cardo se trouve, à l'Est, ce qui pourrait correspondre à deux quartiers d'habitations séparés par la voie décumane, et à l'Ouest, un quartier à vocation artisanale qui a livré des installations : cuves, mortier, chaudières, pouvant être attribués au travail des tissus ou des peaux (foulon, teinturerie,tannerie...) L'accès à cet espace se faisait par un grand seuil en pierre encore conservé.

La largeur du Cardo, et la présence d'une colonnade soutenant un portique de part et d'autre, assurait à l'ensemble un caractère monumental qu'il faut souligner même si aujourd'hui la mauvaise conservation des vestiges rend sa restitution difficile.

                          

Enfin, de façon très ténue mais tout de même bien marquée, sont apparus des vestiges de construction en pierres sèches, associés à du matériel datable du dernier quart du premier siècle avant notre ère, époque de la fondation de Fréjus. Ces vestiges, qui ont une orientation différente du quartier décrit plus haut et construit au premiers siècle de notre ère,sont peut-être ceux laissés par les premiers colons venus s'installer à Fréjus."
(1)

(1) TEXTE et PLANS : Service Archéologique Municipal

ICONE : Photo J. Houben


Photos J. Houben :ben