Les guerres de religion


<< Le conflit seigneurial, qui opposait l'évêque et la communauté, ne fut sans doute pas étranger au développement précoce des idées réformatrices chez quelques habitants. Les registres de délibérations signalent, sans précision, des chambres d'école qu'il faut fermer, la présence en ville d'attroupements armés et d' "étrangers" qui perturbent la ville. L'absence de remparts, pour lors, autour des faubourgs de la Bourgade, interdisait toute surveillance efficace. [...]

Dès 1559, il y avait une église "dressée" à Fréjus. [...] En 1561, 1562 et 1563, Fréjus connut des émeutes au cours desquelles une population viscéralement attachée au catholicisme et à ses rites, pourchassait et massacrait les protestants. [...]

Le tribunal de Draguignan vint enquêter à Fréjus et juger les assassins. Les comptes du receveur de la viguerie conservent la trace des défraiements versés aux participants de ces " Grands Jours " de Fréjus [...]

L'année 1564 vit le rétablissement, d'un calme relatif. Fréjus députa auprès du roi Charles IX et de Catherine de Médicis, en visite en Provence (automne 1564) [...]

Les passions restaient vives. En 1568, au retour d'un voyage à Nice, le baron de Cipières, un des chefs protestants, vint s'héberger, à Fréjus, avec une quarantaine d'hommes d'armes. Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, il fut massacré, dans l'hôtellerie, par une émeute populaire dans laquelle on soupçonna l'instigation de Gaspard de Villeneuve, baron des Arcs, gouverneur de la ville.>> (1)

(1) - " FRÉJUS - V° -XX° siècle, Déclins et Renaissances " par Louis ROBION,professeur au Collège Henri Bosco à La Valette-du-Var (C.R.D.P. de Nice année 1987) pages 74 et 75.

ICONE : dessin origine inconnue